Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 09:26

Aujourd’hui tout le monde se réclame du gaullisme ; de la gauche à la droite en passant par les hurluberlus les plus farfelus.

Et comme en tout, ceux qui en parle avec le plus d’aplomb et de passion sont ceux qui ne l’ont pas connu (De Gaulle et le gaullisme) tout comme les exégètes de mais 68 dont les plus diserts sont ceux qui étaient sur les bancs de la maternelle lorsqu’a eu lieu leur « révolution ».

Le summum a été atteint avec les réactions horrifiées de tous bords lorsque Nicolas Sarkozy a pris ses fonctions de Président de la République et mis en place un conseil des ministres pour appliquer sa politique, celle pour laquelle il venait d’être élu. D’aucun, surtout à gauche, ont crié au scandale et au non respect de la constitution.

Qu’en est il donc de cette fameuse constitution ?

Souvenons nous…1958..un sacré foutoir …une chienlit politique dirait De Gaulle ! La IVème République montrait son incapacité à gouverner, de renversement de ministère en remaniements On venait, à force de reculades et de changements d’options, de perdre la guerre d’Indochine, beaucoup d’hommes et la face … On s’apprêtait à revivre la même galère en Algérie. Scandales financiers, incapacité à gouverner ne serait ce qu’à moyen terme étaient le lot quotidien de l’état français…

On est allé chercher le Général De Gaulle et on lui a donné les clés de la maison France où tout marchait de travers.

Le grand Charles s’est mis au boulot et, entouré surtout de compagnons de la libération, il a mis en place cette fameuse constitution pour se donner les moyens de sa politique. L’enjeu était de taille, régler les graves problèmes du moment et redonner sa place à la France sur la scène internationale.

 Pour cela, il était indispensable que le chef de l’état tire sa légitimité des urnes d’où l’élection du président de la république au suffrage universel, et qu’il s’entoure de ministres choisi par lui pour l’aider à mettre à exécution son projet. L’Assemblée Nationale pouvait être un contre pouvoir mais son rôle principal était de légiférer.

Dans l’esprit de De Gaulle, s’il y avait un jour censure de l’Assemblée, cela voulait dire que le projet du chef de l’état n’était plus en phase avec les élus ; une seule solution s’imposait alors, revenir devant le peuple pour lui demander son avis ; cela passait d’abord par le référendum et/ou la dissolution de l’assemblée et, si ce n’était pas suffisant, par la démission du Président de la République. (process. qu'il a appliqué à la lettre!)

Que fait donc Nicolas Sarkozy si ce n’est appliquer cette constitution dans l’esprit qui avait présidé à ses débuts.

Il est aisé de comprendre que les tenants de la cuisine parlementaire n’y trouvent pas leur compte, nostalgiques qu’ils sont de ces 20 dernières années ou la fameuse alternance et la mixité gouvernementale avaient rétabli l’esprit de la 4ème République avec son parlementarisme bananier.

Le grand Charles doit se retourner dans sa tombe de voir ces innombrables quarterons de foutriquets se réclamer de sa personne !

Partager cet article

Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents