Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 11:22
Un journaliste sénégalais, El Hadji Gorgui Wade Ndoye , duement accrédité ONU, s'est vu refuser, le 25 Juillet dernier, par les gorilles attachés aux services de sécurité de  Pascal Lamy , l'accés à une conférence organisée par l'OMC à Genève.
Le journaliste discriminé n'a pu, jusqu'à ce jour, obtenir aucune explication à cette mesure pour le moins vexatoire.

S'agit il d'un dérapage des services du directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC),
le français Pascal lamy, dont bon nombre de députés européens (et surtout français!), dénoncent l'omnipotence et l'outrecuidance....
C'est le site
Come4new qui donne l'information, dans un long et argumenté article du au  journaliste Dominique Dutilloy, spécialiste reconnu des questions africaines et qui titre "

Faire son boulot de Journaliste… Est-ce actuellement possible ???"


Dominique Dutilloy  s'interroge: s'agit il de racisme , d'une remise en cause des doits de la presse ou les raisons de cette discrimination sont elles si peu avouables qu'aucune explication n'en a été fournie?

Le jounaliste
El Hadji Gorgui Wade Ndoye a envoyé une lettre ouverte à PascaL Lamy, restée jusqu'à ce jour sans réponse:

Monsieur le Directeur Général,

Il m’a été donné de constater, à maintes reprises, et avec regret, une discrimination de votre Service de Presse à mon égard.

La dernière en date : le vendredi 25 juillet où je me suis rendu à l’OMC le soir pour suivre les travaux, comme une bonne partie de la presse internationale accréditée à l’ONU.

Quelle ne fut pas ma surprise quand, arrivé au seuil de la porte et après avoir bien montré mon badge - ONU, du reste très visible car accroché au cou, un des agents m’a dit « OK, c’est bon ». Et au moment de franchir la porte, un autre est intervenu pour me demander de montrer mon badge, ce que je fis, alors qu’il était à 50 cm de son collègue.

Le deuxième homme proposé à la sécurité m’a dit que j’avais « besoin d’une deuxième accréditation ». J’ai alors dit « Ok, et c’est où? ». Il m’a montré le bâtiment préfabriqué à hauteur de l’entrée.

J’y ai trouvé deux femmes et deux hommes, l’une au téléphone, les trois autres en train de parler. Je me suis alors, présenté et ai expliqué la situation. Celle qui s’occupait de la presse était au téléphone, m’a –t- on signalé. J’ai demandé si les autres pouvaient s’occuper de moi.

On m’a dit que pour la presse, il y a une personne indiquée : celle, donc, au téléphone. Après son coup de fil, cette dernière, m’a tout simplement dit qu’elle attendait un téléphone. Elle ne m’a même pas demandé ce que je cherchais. Je suis sorti, le temps d’une attente au délai improbable, joindre au téléphone mes collègues qui étaient déjà à l’intérieur du bâtiment pour savoir si des conditions nouvelles avaient été édictées à mon insu.

C’est à ce moment qu’un autre Monsieur de la sécurité est venu me demander d’un ton sec et arrogant, et en me poussant, de sortir du périmètre de l’OMC. Je lui ai dit que j’attendais une réponse. Il a continué à me pousser. Je lui ai dit de ne pas me toucher et de ne pas, par ailleurs, me parler sur ce ton. J’ai rejoint alors le bâtiment pour les accréditations. Il m’a poursuivi et là, les deux hommes qui y étaient et qui disent, finalement, travailler pour la sécurité, m’ont empêché de pénétrer dans le bâtiment. D’ailleurs, l’un d’eux a proclamé qu’il était Sénégalais comme moi. Il m’a dit que comme « je suis énervé, il ne me laissera pas entrer ». Je lui ai dit « je m’en fous qu’il soit Sénégalais, pour moi ce qui importe, ce sont les principes. Ai-je le droit ou non d’entrer dans l’immeuble comme mes confrères ? ».

Un des responsables de la sécurité est alors venu me demander ce que j’attendais ; je lui ai expliqué ce qui se passait et lui ai fait part du comportement agressif de son collègue. Il m’a dit « vous voyez que moi, je ne le suis pas ». J’ai acquiescé. Il m’a dit d’attendre qu’il aille se renseigner. Il est revenu pour me dire qu’on lui a dit que « l’accès m’a été refusé ». Par qui ?

JE N’AI ALORS OPPOSE AUCUNE RESISTANCE NI PROFERE AUCUNE PROTESTATION.

JE SUIS SORTI SOUS LES REGARDS, COMME UN MALFRAT, DU BATIMENT DE L’OMC.

Sur le chemin du retour à l’ONU, des collègues européens rencontrés se sont indignés et m’ont dit « NON, seul le badge ONU suffit ». Ce que je savais, du reste, car lors de nos briefings à l’ONU, ce fait nous a été rappelé.

Le Service de presse de l’ONU m’a dit que j’étais bien dans mon droit.J’ai laissé par ailleurs un message à M. Rockwell. Sans réaction de sa part.Monsieur le Directeur Général, je voudrais vous demander :

-1- Une confrontation d’homme à homme avec ceux qui m’ont interdit l’accès pour corroborer ou infirmer mes propos

-2- Si c’est vous qui avez donné des ordres discriminants envers moi, pour quelles raisons ?

Dans l’espoir d’une clarification de cette situation, je vous prie d’agréer, M. LAMY, l’expression de mes sentiments distingués.

L’Intéressé :

M. NDOYE, El Hadji Gorgui Wade
Directeur de publication
"ContinentPremier"
Site Internet :
http://www.continentpremier.com
Tél- B- +41 22 917 37 89
Mobile +41 76 203 61 62
Salle de Presse No 1
Palais des Nations - Unies
BOX - NO - 35
8 Avenue de la Paix
1202 Genève - Suisse

Dominique Dutilloy s'inquiète: lIl devient de plus en plus difficile, pour beaucoup d’entre nous, de nous faire accréditer dans des colloques, les conférences…, que ce soit au niveau national, ou au niveau international…

Aussi, tout journaliste encarté qui se respecte, peut être confronté un jour à ces difficultés là, l’effet ‘’11 Septembre 2001’’ n’étant pas étranger à cette situation…

Mais, quand il s’agit d’une toute autre raison… Là, il y a de quoi s’inquiéter !

(Voir l'article)

Addend: Suite de l'affaire au 26/08:2008


--- En date de : Mar 26.8.08, EL HADJI GORGUI WADE NDOYE <g.ndoye@continentpremier.com> a écrit :
De: EL HADJI GORGUI WADE NDOYE <g.ndoye@continentpremier.com>
Objet: Plainte contre Pascal Lamy et l'OMC auprès du Rapporteur de l'ONU contre le Racisme
À:
Date: Mardi 26 Août 2008, 16h43

Bonjour à toutes et à tous
N'ayant pas de nouvelles de M. LAMY, certainement préoccupé par le récent échec retentissant de son organisation, le DG n'a pas le tempts de répondre à un petit journaliste Sénégalais  dont la Liberté, la Dignité ont été bafouées par ses Services.
Ce n'est qu'un deuxième pas car nous les Africains qui savons ce que signifie DIGNITE ET VERGOGNE, ne nous laisseront plus vilipender et insulter et ensuite rangés dans des placards morbides.
Je réclame une clarification et tant que j'aurai un souffle de vie, je demanderai à Pascal Lamy de me dire pourquoi cette discrimination est autorisée et par qui et pour quelle fin.?
Je me serais battu contre ces vigiles, on aurait encore indexé les Nègres d'êtres des Singes incapbles de réfléchir et qui ne pensent qu'au sexe et à leur ventre.

EL HADJI GORGUI WADE NDOYEDirecteur de publication"ContinentPremier"
Internet: www.continentpremier.com
Tél- B- +41 22 917 37 89
Mobile +41 76 203 61 62
Salle de Presse No 1
Palais des Nations - Unies
BOX - NO - 35
8 Avenue de la Paix
1202 Genève - Suisse

 

Genève, le 26 août 2008

 

 

A Monsieur Doudou Diène,

Rapporteur spécial des Nations Unies sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée.

 

 

M. le Rapporteur,

 

J’ai le regret de m’adresser à vous pour me plaindre d’un traitement ouvertement discriminant de la part de l’organisation mondiale du commerce (OMC) à mon égard. (Voir la lettre jointe adressée à M. Pascal Lamy directeur général de la dite organisation.).   

Depuis le 29 juillet, mon courriel adressé à M. LAMY n’a pas eu de réponse. Est-ce encore une négligence ou de l’indifférence de sa part car c’est simplement un petit journaliste du Sahel qui se plaint ? 

Pourtant, ce que je demande au Directeur général de l’OMC, est très simple :

« Pourquoi alors que tous les journalistes accrédités à l’ONU et qui s’intéressent à l’OMC pouvaient-ils avoir accès ce jour-là au bâtiment de l’organisation alors que cet accès m’a été refusé ?».

Sans réponse de sa part, j’ai décidé de vous contacter en attendant que mes avocates fassent de leur côté ce que la Loi suisse recommande en de telles situations.

Je voudrais préciser que je n’ai jamais insulté personne dans mes articles. Je n’ai jamais frappé personne dans les lieux où j’ai été invité comme journaliste. Et Dieu Sait je suis souvent invité partout où l’avenir de ce monde se décidait et que la presse y était invitée.

Cette attitude discriminante de l’OMC que dirige le Français Pascal Lamy est d’ailleurs dénoncée par d’excellents journalistes occidentaux comme africains soucieux de l’équité, de la justice et de la liberté d’expression, pierre angulaire de la Démocratie. Par ailleurs des organisations de la société civile en Suisse et en France m’ont exprimé toute leur sympathie et se disant prêtes à soutenir toute action que j’envisagerai pour faire respecter ma liberté et ma dignité bafouées par Pascal Lamy et ses services.

Il est par ailleurs clair que je ne suis pas à Genève, en tout cas pas comme journaliste, pour compléter un patchwork, servir d’alibi pour qu’on dise : « Voyez, il y a même un journaliste africain ». Non, je ne peux servir d’alibi à une certaine présence de l’Afrique au sein de la presse mondiale au sein des Nations Unies ou des organisations internationales basées en Suisse. Je ne dois rien à personne ! C’est l’occasion par ailleurs de souligner toute la coopération intellectuelle et le respect que je jouis auprès des autorités et médias suisses qui me font entièrement confiance.

Pour votre information, j’ai été même copté par l’Ecole de Formation des Journalistes à Lausanne (CRFJ) pour donner mon regard depuis 4 ans sur le traitement de l’information africaine par les médias suisses dans le cadre de l’Option Internationale.

Je pratique mon métier avec Passion, Courage et beaucoup de sacrifices pour que l’Afrique ne sombre pas dans l’isolement et que notre presse ne soit pas obligée de recopier des dépêches et autres articles qui ne prennent pas en compte les questionnements du Continent premier. Le cas du coton est exemplaire !

Est-ce le fait de traiter l’information mondiale avec une perspective africaine en toute objectivité qui irrite certains qui voudraient ainsi mettre mon intelligence entre parenthèses afin d’avantager certains journalistes et autres agences de presse occidentales qui pourront vendre « leur unique papier » et imposer leur vision du monde à l’Afrique noire ?

J’ai été déjà calomnié à l’ONU en 2005 par méchanceté et par jalousie. J’avais pardonné en allant me recueillir au Sénégal devant la tombe de ma mère. Le complot ourdi s’est retombé contre ses initiatrices et initiateurs. Je leur avais donné rendez-vous devant l’Histoire. Elle m’a donné Raison. Cette fois, je fais face à une arrogance injustifiée et je me battrai avec les moyens de la Civilisation pour mes Sœurs et Frères d’Afrique. Pour Demain !

Espérant que le Rapporteur des Nations Unies se saisira de cette Affaire, je vous prie de croire Monsieur Diène à l’expression de mes sentiments respectueux.

Le Plaignant

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, Directeur de publication du magazine panafricain en ligne ContinentPremier.Com

CJ : - Lettre adressée à M. LAMY

-         lettre reproduite par des sites en Afrique et en Europe reprenant mon blog avec les commentaires des internautes.




Partager cet article

Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article

commentaires

Pierre 03/09/2008 19:45

Oui!

Dominique Dutilloy 02/09/2008 22:07

Désolé, - je n'ai jamais été doué pour les devinettes, - je le suis encore moins pour les sous-entendus pour les jeux de mot... Cependant, j'ai un soupçon quant à l'auteur de ces commentaires : s'agirait-il de vous, PONS ?

!!! 02/09/2008 21:21

Allez, je vous ai fait marcher. Votre question n°2, contenait évidemment la réponse. Vous y avez mis du temps !

!!! 02/09/2008 21:16

Avec plaisir, mais c'est la dernière fois.
 
1) Encore une fois, relisez vous et vous trouverez. 
2) c'est une petite devinette, je ne peux décemment pas vous répondre, mais pour un valoisien fidèle elle est facile.
3) demandez à RSF

Dominique Dutilloy 02/09/2008 18:58

Là, je ne vois pas quel est l’objet de votre commentaire… Bien sûr, que je suis à même de pouvoir relire mes précédents commentaires… Ce que, vous devez vous en douter, j’ai fait…
 
Aussi, et je me répète, je ne vois toujours pas le rapport entre ces articles, celui de Jean-Noël Delorme, et le mien (qu’il a commenté), avec « La France de Vichy », le livre de Robert Paxton… Mais, vous n’avez toujours pas répondu à cette question que je vous posais…
Vous préférez placer, sous ce pseudonyme « !!! » ou sous cet autre pseudonyme « ??? », des commentaires sibyllins, qui n’ont ni queue ni tête…, au lieu d’écrire franchement ce qui vous chagrine, ce qui ne vous plait pas !
 
Par ailleurs, lorsque vous écrivez, et je vous cite : « Votre haute conception de l'indépendance journalistique, relativement à ce qui mérite ou non d'être divulgué, est assurément réjouissante. On devine d'autant mieux vos difficultés à faire votre travail et à faire reconnaître vos talents en haut lieu. », Je ne comprends pas où vous voulez vraiment en venir. Chercheriez-vous à formuler une critique ironique au lieu d’aller franchement au fait ?
 
Maintenant, que je sache, je n’ai aucune leçon de « journalisme » ou d’ « indépendance du journalisme » de la part d’une personne qui se cache derrière des signes de ponctuation en guise de pseudonyme !
 
Puis, pour ce qui est de la reconnaissance de mes talents en haut lieu, ne vous inquiétez surtout pas : vous savez très bien que les journalistes sont fichés et lus à la loupe ! Donc, je n’ai pas besoin de faire la moindre demande pour qu’on me lise !
En ce qui concerne les difficultés à faire mon travail, je ne suis pas le seul journaliste à m’en plaindre, vous devez bien vous en douter !
 
Alors, je vous remercie de répondre à mes trois questions :
- quel rapport y a-t-il entre « La France de Vichy », le livre de Robert Paxton et mon article (analysé et commenté par Jean-Noël Delorme) ?
- pourquoi me parlez continuellement de Béatrice (Journaliste) et de son époux Jean-Louis (Ministre d’Etat et Membre du Parti Radical), personnes que je ne connais pas personnellement et que je n’ai jamais rencontrées ?
- pourquoi avez-vous, dans votre commentaire n° 4, considéré que trouver un titre à un article, m’était difficile ?
 Dominique Dutilloy

Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents