Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 10:17

Source wikipedia

Debout la République a été créée le 3 février 1999 par Nicolas Dupont-Aignan en tant que courant "gaulliste authentique" du Rassemblement pour la République (RPR).

La majorité de ses membres participe ensuite à la fondation du Rassemblement pour la France (RPF), créé dans la foulée de la liste souverainiste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers aux élections européennes de 1999.

DLR est relancée une première fois en mai 2000 et devient une passerelle entre les pasquaïens du RPF et les séguinistes du RPR.

Le 7 septembre 2002, DLR est relancée une seconde fois en tant que courant « gaulliste et républicain » de l’UMP, par huit parlementaires (les députés Nicolas Dupont-Aignan, Yves Jégo, Lionnel Luca, Michel Terrot, René André, et les sénateurs Jean-Claude Étienne, Bernard Fournier, Adrien Gouteyron). Son président, M. Dupont-Aignan, a successivement obtenu 15 % (17 novembre 2002) puis 9 % (28 novembre 2004) aux élections du président de l'UMP. DLR était représenté au bureau politique de l’UMP par deux des trente membres élus : Nicolas Dupont-Aignan & Sylvie Rouillier-Perrin (exclue de l’UMP pour sa candidature aux élections européennes de 2004 en deuxième position sur la liste du Mouvement pour la France en Île-de-France), puis par Élisabeth Laithier.

Le 9 mai 2004, la motion de DLR a obtenu 19,7 % au Conseil national de l’UMP sur l’Europe. Le 6 mars 2005, DLR ne dépose pas de motion défendant le « Non » au projet de Constitution européenne, la motion L’Europe mérite un « Oui » obtenant 90,8 %. Dès lors, DLR se structure sur l’ensemble du territoire et participe à la campagne de Nicolas Dupont-Aignan pour l’élection présidentielle de 2007 puis aux élections législatives de 2007 avec 62 candidats, date à partir de laquelle le parti n'a plus aucun lien avec l'UMP.

Le congrès fondateur du parti a eu lieu le 23 novembre 2008. A la mutualité, lors du meeting qui a vu les statuts du parti approuvés et Nicolas Dupont-Aignan être élu président, plus de 1 000 personnes étaient présentes, parmi lesquelles des gaullistes et des républicains, mais aussi des anciens du MPF, du MRC et des villepinistes. A cette occasion, le Président fraichement élu annonce qu'il présenterait des listes aux européennes 2009.

Le jeune "rassemblement gaulliste et républicain" part pour sa première campagne nationale en toute indépendance lors des élections européennes de 2009. Une alliance avec Libertas a été repoussée du fait de certaines positions pro-turques et ultra-libérales de ce parti européen. DLR présente ainsi des listes partout en France, avec le slogan "Osons une Europe différente" et un programme prônant la création d'une europe confédérale, une europe des agences[1].

Identité politique [modifier]

Nicolas Dupont-Aignan interviewé à Paris, lors du meeting de Debout la République, le 16 octobre 2005

Les valeurs de Debout la République sont celles du gaullisme : DLR est régulièrement cité comme un parti "gaulliste social". DLR en appelle à l’indépendance et à la non-soumission de la France vis-à-vis des organismes supranationaux (OTAN, UE) ou des superpuissances, à la probité d'un exécutif fort, à la justice sociale et à la souveraineté du peuple notamment par le recours régulier au référendum

Placé, à tort, à droite sur l'échiquier politique, DLR se présente comme un "rassemblement gaulliste et républicain" au dessus du clivage droite-gauche, en mettant en avant son programme et la composition de son électorat et de ses adhérents.

Au niveau européen, DLR est membre du mouvement européen EUDemocrats, un parti européen qui demande un système européen ayant comme fondement une approche intergouvernementale. Le Président de DLR, Nicolas Dupont-Aignan, en est le co-président. Le mouvement entretient également de bonnes relations avec Jens-Peter Bonde, le fondateur danois du Mouvement de Juin.

Structures et fonctionnement [modifier]

Instances nationales [modifier]

DLR dispose de 3 instances nationales : le Congrès, le Conseil national et le Bureau executif.

Le Congrès réunit tous les adhérents chaque année pour discuter de l'action du mouvement et se prononcer sur le rapport moral et financier. Tous les 3 ans, le Congrès procède à l'élection des 50 membres du Conseil national et du président de Debout la République.

Le Conseil national est composé de 50 membres élus par le congrès, des membres du Bureau exécutif, des Secrétaires départementaux, des parlementaires, des présidents de Conseils régionaux et des présidents de Conseils généraux. C'est l’organe de direction qui définit la stratégie de DLR et fixe ses grandes orientations.

Le Bureau exécutif est placé sous l'autorité du Président du mouvement et est composé de trois vice-présidents, du secrétaire général nommé par le président chargé de le seconder dans la gestion quotidienne de DLR, du trésorier, de secrétaires généraux adjoints et de délégués nationaux. Il assure la gestion quotidienne du mouvement sur toutes les questions qui lui ont été déléguées par le Conseil national.

Le président du mouvement est élu pour 3 ans. Il conduit le mouvement, préside les instances nationales et assure l’exécution de leurs décisions et représente Debout La République dans tous les actes de la vie civile.

Instances locales [modifier]

L’organisation territoriale de base de DLR est la circonscription législative. Chaque circonscription est dirigée par un Comité de circonscription présidé par un Délégué de circonscription et composé d'élus.

Les membres des Comités de circonscription composent un Comité départemental, dirigé par un Président départemental, dont le rôle consiste en des missions protocolaires de représentation et de médiation. Le Comité départemental ratifie la nomination d'un Secrétaire départemental.

Le Secrétaire départemental représente le président du mouvement dans le département et organise la vie interne de la fédération. Il est assisté de plusieurs délégués (jeune, université, monde rural, affaires économiques et sociales et action militante).

Au niveau régional, un Coordinateur régional est nommé pour assurer la liaison entre les fédérations départementales de la région, résoudre les litiges et faire le lien avec le centre national de DLR.

Mouvement "Debout les Jeunes" [modifier]

Un mouvement jeune existe : il s'agit de Debout les Jeunes. Il est actuellement dirigé par Laurent Seurot.

Dans chaque département, les jeunes adhérents et militants de DLR sont représentés par un "Délégué Jeunes". Un Coordinateur régional permet de faire le lien entre chaque département et de coordonner les actions.

Composition du Bureau exécutif [modifier]

A l'issu du Conseil national du 18 janvier 2009[2], le premier Bureau exécutif de DLR en tant que parti indépendant a été élu et nommé.

  • Vice-Présidents : Elisabeth Laithier (adjoint au Maire de Nancy), François-Xavier Villain (député-maire de Cambrai) et Jean-Pierre Gérard (Président du club des N°1 mondiaux français à l’export, ancien membre du Conseil de la Politique Monétaire, Président du Groupe IMI)
  • Secrétaire Général : Jean-Pierre Antoni (ancien conseiller général du Tarn)
  • Trésorier : Gilles Carbonnet
  • Porte-paroles : Jean-Pierre Enjalbert (conseiller général du Val-d’Oise et maire de Saint-Prix) et Laurent Pinsolle (ancien président des jeunes villepinistes)
  • Délégués nationaux aux Fédérations : René Thiebeaux et Dominique Farcis
  • Délégué national "Debout les Jeunes" : Laurent Seurot
  • Déléguée nationale aux institutions et à l’organisation administrative de la France : Anne-Marie Le Pourhiet
  • Délégué national à la justice et à l’enseignement supérieur : Henri Temple (professeur d'université et avocat)
  • Déléguée nationale à l’intégration : Naïla Hennard
  • Délégué national à la santé et à la recherche : François Morvan (cancérologue et président de VLR)
  • Déléguée nationale à la famille et la petite enfance : Elisabeth Laithier (adjointe au Maire de Nancy)
  • Délégué national au sport : David Desgouilles
  • Déléguée nationale aux affaires sociales : Christine Annoot (adjointe au maire de Lisieux)
  • Délégué national au tourisme : Thierry Grégoire ( président départemental 59 de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière)
  • Déléguée nationale aux PME : Dominique Mahe

Elus [modifier]

Faits marquants [modifier]

Au 1er semestre 2009, DLR, par l'intermédiaire de ces élus, s'oppose activement à la loi HADOPI : Nicolas Dupont-Aignan intervient et participe au rejet du premier texte en avril 2009, lors du vote à l'Assemblée nationale, tandis que Jean-Pierre Enjalbert (tête de liste Île de France aux européennes 2009) se constitue prisonnier[3] dans un commissariat du Val d’Oise au nom de ses administrés qui pratiquent le téléchargement illégal sur Internet.

Liens externes [modifier]

Suite sur Wikipedia

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Georges 11/05/2009 21:05

Ah, c'est embêtant, mais parlons d'autre-chose si vous le voulez bien. Ce Jego et les girouettes de son espèce m'exaspèrent. Croyez vous que c'est l'odeur de la gamelle qui les guide ?

jn+delorme 11/05/2009 16:56

Cher Georges, j'ai fdais la rectif sur lez billet attaché mais n'ai rien pu faire quand au contenu du sondage sauf à le recommencer.. ce qui n'est pas une bionne solution.Quand au piratage, je n'y crois pas non plus

Georges 11/05/2009 15:45

Pardonnez moi jean-Noël, mais vous même, n'avez vous pas oublié de résoudre le petit problème que je vous avais indiqué l'autre jour ? Tout bien réfléchi et malgré les insistances de mon entourage, je ne crois pas vraiment à ces histoires de pirates des ondes. Je pense d'ailleurs que derrière ces sornettes, se cachent quelques puissants lobbies. Sans doute est-ce l'effet Grenelle qui veut ça. Toute fermentation produit forcément quelques relents désagréables.

Georges 11/05/2009 15:31

Ce qu'on a su un jour, comment parvient-on à l'oublier ?

Georges 11/05/2009 12:02

Je constate que nous avons perdu Monsieur Jego en route. Est-ce une si mauvaise chose ? Je ne suis pas spécialiste des questions d'Outre-mer, mais il ne m'a pas semblé très en forme ces derniers temps.

jun delorme 11/05/2009 14:32


peut être lui manque t'il les lumières de DLR?


Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents