Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 07:56

Khader Moulfi, leader de Coalition Harki que je soutiens pour la justesse de sa cause, et malgrè des positions parfois un peu radicales, vient de publier un édito ou il n'y a pas grand chose "à jeter".

Le cas des banlieues remet, de manière récurrente, sur le tapis, l'amalgame immigrés/Harkis, ce contre quoi s'insurgent ces derniers.Le drame récent de Marseille à fait réagir Khader et la qualité de l'analyse de son édito d'aujourd'hui mérite une large diffusion..(je n'aurait fait mieux):

 

Nos banlieues sont-elles dans la République Française ou dans le tiers-monde ?

La Nation serait-elle victime d'une mutation du "syndrome de Stockholm" via cette "empathie douteuse" et en mettant à l'honneur des voyous et des casseurs qui sont, parfois, des criminels ?

 

 

Tout d’abord, je suis consterné par la très affligeante « récupération clientéliste et démagogique », de la part des partis politiques, essentiellement, de gauche mais, également, par les déclarations singulières et ubuesques, de quelques candidats, irresponsables et en lice, pour les Présidentielles 2007.

 

Peu important que l’on aime ou déteste, Nicolas SARKOZY, notre très explosif Ministre de l’Intérieur, comment pourrait-on tolérer de le laisser accabler et désigner, à tort, comme le perpétuel « bouc-émissaire » de la situation très alarmante et périclitant, dans les banlieues et/ou les quartiers populaires, alors que cette conjoncture catastrophique perdure depuis près de 30 ans ?

 

Le prix de la médiocrité intellectuelle est décerné, à Dominique STRAUSS-KAHN, qui a osé déclamer que : « Nicolas SARKOZY devait demander pardon aux parents de Zyed et Bouna ! ». Mais des excuses pour quoi faire, au fait ? Sauf erreur de ma part, ce sont ces deux adolescents, de Clichy-sous-Bois, qui ont commis, un délit de fuite, face aux injonctions de la Police et, qui sont allés se réfugier, sciemment, dans un transformateur EDF, car ils étaient du quartier et connaissaient, par conséquent, leur environnement et les risques encourus !!!

 

N’amalgamons pas les choses, de façon simpliste et manichéenne, car, il y a, certes, un fait divers tragique ayant entraîné, la mort stupide et accidentelle, de deux jeunes inconscients. En revanche, des « innocents pur jus » ne se sauvent, jamais, lors d’un contrôle policier, sauf s’ils ont un "truc  à se reprocher" plus grave, encore, que la mise en danger délibérée de leur propre vie !!!

 

Et, cet « événement regrettable » ne doit disculper, en rien, les émeutes et les exactions y afférentes (incendies, guet-apens contre les forces de l’ordre, attaques organisées contre des bus, …), de « voyous sans scrupules » (passant à l’étape criminelle pour certains), que l’on voudrait faire passer pour des « héros populaires » qui seraient censés combattre les inégalités sociales (mon œil) !!!

 

Ces sinistres « délinquants » n’ont fait que brûler, détruire, … Les biens de personnes aussi pauvres (ou plus) que ces derniers. Force est de constater que nous sommes bien loin de la période où le « prolétariat » manifestait, au péril de sa vie, sous les balles de la « maréchaussée », dans la perspective d’obtenir une amélioration de leurs conditions de travail et de leurs rémunérations !!!

 

Le comble du mauvais goût atteignit, son paroxysme, lorsque la presse et les médias annoncèrent, pour faire un "scoop racoleur et incitateur", un odieux « premier anniversaire de l’insurrection de Clichy-sous-Bois » !!! Ont-ils oublié que cette rébellion a causé, hormis les énormes dégâts matériels, la mort de plusieurs tiers (un père de famille lynché devant les siens pour avoir pris des photos de son ouvrage, un retraité descendant ses ordures ménagères, …). Sans omettre, à Roubaix, le décès d’une fille de harki, au regard de l’incendie volontaire de son immeuble, par des « racailles » (d’origine européenne mais néanmoins racailles), car notre municipalité qui « sous-traite », la « misère des autres villes », importe les « vauriens » à travers l’hexagone et d'ailleurs.

 

Ensuite, il est temps de rappeler, aussi, le gigantesque « business » engendré, par les banlieues et les quartiers difficiles, que l’on arrose, de manière stérile mais continue, avec des millions d’euros mais pour un résultat quasi-insignifiant car l’argent est détourné de sa mission originelle.

 

Combien de militants politisés et d’élus vivent, sur ces subventions publiques, en se créant des « emplois fictifs et surpayés », au sein de ces sempiternelles « associations écran », entravant la bonne fin des « actions » à l’égard des populations éligibles en situation d’exclusion massive ?

 

Or et nonobstant nos « doléances réitérées » et les rapports très accablants des Chambres Régionales des Comptes, les Préfets et les Procureurs de la République n’entreprennent aucune diligence,  à l’encontre de ces actes délictueux mais, pire encore, ils exercent des représailles contre les « citoyens actifs » qui dénoncent ces agissements répréhensibles relevant du « secret de polichinelle ».

 

Par ailleurs, ces « deniers publics déroutés » servent, de surcroît, à acheter la « paix sociale », auprès des « caïds locaux » qui, de leur côté, n’hésitent pas à pousser, les « djeuns » à accomplir, des initiatives hors-la-loi, dès que leurs dotations sont retirées ou revues à la baisse.

 

Le système fonctionne, depuis des décennies, de la sorte et, avant d’envisager toutes nouvelles dispositions législatives en vue de réguler, ces problématiques urbaines récurrentes, il faudrait, au préalable, durcir les contrôles de légalité et les sanctions à l’égard des contrevenants dépositaires du service public. A noter que la « décentralisation à la française » a favorisé la création de ces « baronnies locales sans foi ni loi » avec l'aval de tous les partis politiques !!!

 

En revanche, il est temps d’arrêter de considérer, les banlieues et les quartiers dits populaires, comme des « dépotoirs d’humains indésirables », à l’instar d’une « Cour des Miracles du 21ème siècle », car la plupart de ses habitants sont honorables et ils aspirent, eux-aussi, à vivre dans la dignité et la sécurité.

 

Ces zones sensibles de résidence ne sont pas, des « caricatures de films américains sur les bad boys », fortes de gangs et de rappeurs très violents mais, elles restent représentatives de la population française car des professeurs, des ouvriers, des caissières, des policiers, des commerçants, … y logent et, la République Française se doit de faire respecter, les lois régaliennes (sécurité, santé, emploi, logement, …), dans tout le territoire, sans la moindre exception et sans avoir à négocier l’ordre public.

 

En regardant une rediffusion, de l’émission de France 2 « Envoyé spécial », je fus choqué de voir qu’un médiateur s’arrogeait la faculté de sermonner et de faire déguerpir, une « crapule cagoulée » qui lançait, des pierres, sur des véhicules de la Police Nationale se sauvant, ce qui était surréaliste ( ?).

 

Le rôle d’un médiateur est d’essayer de régler, des petits conflits et/ou, de donner de bons conseils, aux moins virulents mais, par contre, la force publique ne doit montrer aucun signe de faiblesse, devant celles et ceux qui dépassent la « ligne rouge et, encore moins,  de fuir sous les jets de pierres de ces « sauvageons » (dixit Jean-Pierre CHEVENEMENT pour démontrer que la sémantique réaliste n’est pas l’apanage exclusif de la droite et de M. SARKOZY).    

 

Sans oublier les « parents démissionnaires » qui sont infantilisés, par une politique d’assistanat abusive, car lorsque des mineurs (parfois âgés de moins de 13 ans) sont, dans les rues, la nuit, pour brûler les voitures de leurs voisins et/ou, afin de s’attaquer aux forces de l’ordre, on ne saurait les absoudre, de toutes responsabilités directes, en prétextant qu’ils seraient « débordés » car la pauvreté n’est pas une « dérogation » au respect des lois et des devoirs républicains de chacun !!!

 

Alors que nos politiciens se mettent au boulot, sans délai, pour gérer, ce « fléau sociétal » et, qu’ils cessent de « jeter de l’huile sur le feu », à des fins purement électoralistes, car gare au vilain « retour de boomerang » ! L’ordre public et le sort de millions de gens subissant, au quotidien, un abject « calvaire antirépublicain », ne sont pas des sujets de gauche ou de droite mais, une cause nationale prioritaire !!!

 

Enfin, si les Harkis et leurs familles n’ont pas pu obtenir, à ce jour, justice et réparation, c’est que, justement, ils ont trop respecté les lois de la République en ne cédant pas à ce genre de dérives mais, nous prenons acte que les « mauvais » sont, une fois de plus, « récompensés » via 100 millions d’euros qui ne serviront pas aux « gens de terrain » voulant agir dans l’intérêt général de leurs concitoyens !!!

 

Apparemment, un célèbre adage stipulait que : « le crime ne paie pas ! » mais, à l’évidence, pour certains, la réponse est OUI ! Petite pensée très sincère, pour la malheureuse victime, à Marseille, du bus incendié par ces « racailles à karchériser » mis à l’honneur par cette « ripoublique » qui se marche sur la tête !!!

 

Khader MOULFI

 

Contact : khadermoulfi@coalition-harkis.com Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Noël Delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents