Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 14:51
En réaction "à la décision de la cour d'appel de Rennes qui a condamné jeudi dernier l'ex-candidate PS à la présidentielle pour le licenciement abusif de deux de ses ex-attachées parlementaires qui réclamaient depuis 1997 le versement de salaires non payés" (Le Point.fr), Ségolène Royal s'en prend à Jean Pierre Rafarin qui dans les colonnes du Parisien/Aujourd'hui-en-France ,  réclame lundi la démission de la présidente de Poitou-Charentes. Celle "qui donne des leçons à la Terre entière mais qui traite ses collaboratrices de manière condamnable se trouve aujourd'hui face à ses mensonges"

Toujours curieuse et choquante cette manière d'accuser son voisin lorsqu'on est pris (e) la main dans le sac!
Rappel des faits avec la vidéo de témoignage d'une des anciennes collaboratrices de Ségonunuche (pas si nunuche que ça, elle... C'est nous qu'elle prend pour tels...)


Quelle vertueuse indignation, pour celle qui  est en procédure depuis 10 ans pour une banale affaire de prudhommes; elle qui il y a un ans trouvait la justice trop lente et lui opposait l'excellence et l'efficacité de la justice chinoise


Il serait interéssant de lui demander( (à Ségonunuche) ce qu'elle pense de la rapidité de la justice chinoise au Tibet ... certainement ,qu'en ce cas bien précis (l'exception qui confirme la règle...), la justice chinoise est condamnable.. certainement aussi que  MSR fait pendre le drapeau du TIBET à toutes les fenêtres de son Conseil Régional.

Je commence à comprendre que dans beaucoup de régions aux mains du PS les militants d'opposition ne mouillent pas beaucoup le cuir pour provoquer l'alternance...Ils attendent que le fruit pourrisse et tombe tout seul, tellement il met de bonne volonté à se tirer une balle dans le pied.
Stratégie compréhensible, sur le papier mais peu efficace sur le terrain, car lorsque l'arbre est plein de fruits qui n'attendent que leur tour pour pourrir et tomber, l'arbre rique de sécher sur racines avant qu'on ait eu le temps de le greffer.

Ainsi, à Clermont-Ferrand beaucoup d'opposants se disent : ne bougeons pas, les socialistes au pouvoir passent le plus clair de leur temps à se déchirer... attendons qu'il n'en reste plus un de valide...

Il n'est pas sur que ce soit une bonne stratégie...


Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 11:56
C'est le Blog La Mouette qui révèle l'info.
Je ne suis pas toujours d'accord avec les prises de position de "La Mouette" mais je salue la pertinence de ses propos dans bien des cas.
Aujourd'hui il nous révèle ce que nous subodorions depuis les dernières élections: Le lachage de françois Bayrou par ses derniers fidèles et, important, par les Sénateurs (car  pour ce qui est de l'Assemblée Nationale....).
Un mouvement se dessine pour faire revivre l'UDF...
En jeu, le nerf de la guerre, la cagnote de l'ex UDFR . La bataille Modem va donc se poursuivre sur le terrain du juridique, voir du judiciaire;.. bien loin des intérets de l'électeur lamda.
Ah Saint Pognon !
Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 11:01

C’est de la folie, un véritable dithyrambe médiatique... De la gauche à la droite, ou d’ailleurs, tous veulent se présenter comme les défenseurs du Tibet... tous veulent apparaître sur la photo, être cités dans le moindre reportage…

Il est vrai qu’aujourd’hui c’est porteur en termes d’image et puis que ne ferait on pas pour avoir de son coté la … Vox populi, vox dei !

 

Alors boycott ou pas boycott ?

D’accord, la Chine a un régime communiste : c’est une de ces dernières dictatures marxistes qui défient encore aujourd’hui le sens de l’histoire. Les droits de l’homme n’y sont pas respectés, mais faut il enfermer ce pays (la Chine) dans un blocus réprobateur ou saisir toutes les opportunités qui vont lui permettre de s’ouvrir et de s’imprégner du monde extérieur et par capillarité, d’abord économique, puis culturelle, de rejoindre nos normes en matières de droits de l’homme ?

Alors militer, manifester pour l’autonomie du Tibet, l’arrêt des exactions qui s’y commettent, d’accord ; boycotter la cérémonie d’ouverture ? Pourquoi pas, mais cela doit rester du ressort des individus et non des états car les états représentent leurs peuples et ces derniers ne sont pas responsables des choix de leurs dirigeants, même et encore plus si ceux-ci sont des dictateurs ne respectant pas les droits de l’homme.

Oui, c’est un bon choix d’avoir choisi la Chine pour ces prochains JO, car le choix contraire aurait enfermé ce pays dans une attitude de repli et de radicalisation de ses méthodes de gouvernement.

Et puis, parlerait-on du Tibet aujourd’hui, si la Chine ne recevait pas les JO ?

Surtout, il ne faut pas oublier que de nombreuses autres ethnies et groupes cultuels subissent des brimades aussi graves que le Tibet de la part du gouvernement central chinois, mais ne bénéficient pas de l’empathie médiatique des fidèles du DalaÏ Lama auprès des occidentaux.

Alors, de grâce, un peu de pudeur mesdames et messieurs les politiques, qui faites, en la circonstance, de l’auto-marketing à peu de frais !

Si le sujet n’était aussi grave, on pourrait sourire de voir parmi les plus virulents politiques,  dénonciateurs des violences chinoises,  ceux-là même dont l’idéologie et le combat politique n’ont qu’un but : instaurer en France un régime totalitaire similaire à celui de la Chine. Et, vous allez voir que, bientôt, l’annexion du Tibet et les violences chinoises seront de la faute à … Sarkozy.

Repost 0
Published by jn de"lorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
5 avril 2008 6 05 /04 /avril /2008 19:18
Serge Weidman sur son blog s'insurge contre la brimade infligée à l'équipe d'Anne Courtillé au Conseil Municipal de Clermont-Ferrand, ou plutot de Clermont-Co, où la liste UMP a été privée de toute représentation!

Et quand Serge Weidman S'insurge cela fait un sacré coup de vent !
"Le maire Ubu, qui préside toujours à nos destinées locales, n’a même pas daigné assumer cette sale décision et en donner la raison aux intéressés."..."

Je ne peux que partager l'indignation de Serge, un peu moins sa surprise... Anne Courtillé qui est une femme de caractère va certainement va donner une suite, pas seulement épistolaire, à cette "exclusion".

Lucter, tout comme Serge le devine, pense détenir la vraie raison de tout ce micmac pas très démocratique ni joli-joli:
"Les élus municipaux UMP privés de Clermont-Co : Anne a été méchante, explique le maître Serge… Au piquet !..."
Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 10:07

Les OGM c’est reparti !

Gelée par le Grenelle de l’environnement, la production d’OGM sur le sol français revient à l’ordre du jour à l’Assemblée Nationale, après un passage devant le Sénat qui a redonné espoir aux semenciers.

Bien malin qui pourrait faire la part de l’idéologie trotskiste et celle de la sincérité humaniste chez les antis OGM et autres faucheurs volontaires !

Bien malin qui pourrait faire la part de la langue de bois, de l’électoralisme ou de la bonne foi chez le législateur !

78% des français, dit on, se déclarent antis OGM , certainement une application de la sagesse populaire qui dit « dans le doute, abstiens toi », mais combien, plus nombreux encore, consomment au quotidien ces fameux OGM ? Ne sommes nous pas, nous même, des OGM ?

La mesure gouvernementale de suspension de la culture des OGM, n’a pas interdit leur importation et celle des produits qui en sont issu ; tout au plus a-t-on introduit l’obligation d’une mention sur les boitages alimentaires… On sait ce qu’à donné, il y a quelques années, la même mesure à l’égard des colorants et autres ajouts de conservateurs…

On se trouve donc aujourd’hui avec une agriculture française fragilisée, incapable de concurrencer celle d’autres pays en terme de quantité et de prix et, ce, même sur notre propre territoire.

Le retour à une agriculture traditionnelle, si l’on veut un minimum de rentabilité, inclus le retour à l’usage des pesticides…ce qui revient à tomber de charybde en scylla …

Bien sur, il y a un retour possible ( ?) à une agriculture entièrement bio, mais alors notre production ne pourrait suffire à notre consommation et à celle des animaux qui constituent, eux aussi, notre alimentation…

On dirait bien que notre civilisation est coincée dans ses contradictions et se trouve dans une impasse aussi bien économique que culturelle.

NB : le débat est ouvert, disons plutot le dialogue de sourds, un peu comme celui sur la porte à moitié ouverte ou à moitié fermée.

Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 12:00
Laurent Hénard, Secrétaire Général du Parti Radical, vient de co-signer une tribune parue dans le journal "Les Echos" avec 20 autres députés centristes ou gaullistes sociaux, dans laquelle il rappelle que "si  les réformes sont indispensables, elles doivent être justes »
"...« L'effort fiscal plus justement réparti »
doit au contraire permettre d'« améliorer le minimum vieillesse, les pensions de réversion et le pouvoir d'achat des salariés à bas revenus », écrivent les parlementaires.
Laurent Hénart cite l'exemple des exonérations de charges, 30 milliards par an, « héritage des lois Aubry ». « Je milite pour qu'on les flèche et qu'on revalorise seulement celles des entreprises qui ont signé des accords salariaux », explique l'élu nancéien. "
"...« Ces sujets avancent », estime Laurent Hénart. « Sur les exonérations de charge, il y a deux ans, il aurait été impossible d'en parler. Récemment le Premier ministre a évoqué cette question ». Avec la loi de modernisation économique qui se profile et la discussion du prochain budget, ces députés espèrent faire avancer leurs idées. L'ancien secrétaire d'Etat conclut : « Réformes justes ne signifient pas réformes égalitaires, mais nous ne devons pas oublier les plus faibles ». Ou comment concilier efficacité et justice...."

Il semble bien, qu'au sein même  de l'UMP, les lignes soient en train de bouger et , qu'après les "disfonctionnements" médiatiques de ce début d'année, la composante radicale s'affirme' de plus en plus comme le garant vigilant du volet social des réformes du gouvernement.

Voir le billet de Laurent Hénard sur son blog

Voir la tribune parue dans "les Echos
Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 09:26

Aujourd’hui tout le monde se réclame du gaullisme ; de la gauche à la droite en passant par les hurluberlus les plus farfelus.

Et comme en tout, ceux qui en parle avec le plus d’aplomb et de passion sont ceux qui ne l’ont pas connu (De Gaulle et le gaullisme) tout comme les exégètes de mais 68 dont les plus diserts sont ceux qui étaient sur les bancs de la maternelle lorsqu’a eu lieu leur « révolution ».

Le summum a été atteint avec les réactions horrifiées de tous bords lorsque Nicolas Sarkozy a pris ses fonctions de Président de la République et mis en place un conseil des ministres pour appliquer sa politique, celle pour laquelle il venait d’être élu. D’aucun, surtout à gauche, ont crié au scandale et au non respect de la constitution.

Qu’en est il donc de cette fameuse constitution ?

Souvenons nous…1958..un sacré foutoir …une chienlit politique dirait De Gaulle ! La IVème République montrait son incapacité à gouverner, de renversement de ministère en remaniements On venait, à force de reculades et de changements d’options, de perdre la guerre d’Indochine, beaucoup d’hommes et la face … On s’apprêtait à revivre la même galère en Algérie. Scandales financiers, incapacité à gouverner ne serait ce qu’à moyen terme étaient le lot quotidien de l’état français…

On est allé chercher le Général De Gaulle et on lui a donné les clés de la maison France où tout marchait de travers.

Le grand Charles s’est mis au boulot et, entouré surtout de compagnons de la libération, il a mis en place cette fameuse constitution pour se donner les moyens de sa politique. L’enjeu était de taille, régler les graves problèmes du moment et redonner sa place à la France sur la scène internationale.

 Pour cela, il était indispensable que le chef de l’état tire sa légitimité des urnes d’où l’élection du président de la république au suffrage universel, et qu’il s’entoure de ministres choisi par lui pour l’aider à mettre à exécution son projet. L’Assemblée Nationale pouvait être un contre pouvoir mais son rôle principal était de légiférer.

Dans l’esprit de De Gaulle, s’il y avait un jour censure de l’Assemblée, cela voulait dire que le projet du chef de l’état n’était plus en phase avec les élus ; une seule solution s’imposait alors, revenir devant le peuple pour lui demander son avis ; cela passait d’abord par le référendum et/ou la dissolution de l’assemblée et, si ce n’était pas suffisant, par la démission du Président de la République. (process. qu'il a appliqué à la lettre!)

Que fait donc Nicolas Sarkozy si ce n’est appliquer cette constitution dans l’esprit qui avait présidé à ses débuts.

Il est aisé de comprendre que les tenants de la cuisine parlementaire n’y trouvent pas leur compte, nostalgiques qu’ils sont de ces 20 dernières années ou la fameuse alternance et la mixité gouvernementale avaient rétabli l’esprit de la 4ème République avec son parlementarisme bananier.

Le grand Charles doit se retourner dans sa tombe de voir ces innombrables quarterons de foutriquets se réclamer de sa personne !

Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 11:51
Le fameux grenelle de l’incinérateur aura été, malgré la bonne volonté du préfet, un coup d’épée dans l’eau, les principaux intéressés politique n’ayant pas jugé bon de se déplacer.

Il fallait s’y attendre car, ou on fait une véritable sommet sur le sujet en entendant toutes les parties, experts politiques et usagers, ou on organise une réunion de concertation, ce qui était d’ailleurs le cas…

L’appellation « Grenelle de l’incinérateur » a d’ailleurs servi d’alibi aux élus pour ne pas participer et se réfugiant derrière les propos de Jean Louis Borloo qui avait affirmé au début de l’année que c’était aux politiques locaux de prendre » les décisions (propos, qu’à l’époque il avaient dénoncé vivement…c’est de bonne guerre…)

Donc un coup pour rien et attendons l’installation du maire de Clermont-Ferrand et du nouveau Président de Clermont-co qui, eux, seront à même de décider.. à moins que cela ne relève du Patron du valtom (s’il l’est toujours à cette date…) ou du président du Conseil Général ou d’un autre comparse..

Le préfet s’il n’y a pas de décision prise par les politique, rendra la sienne a-t-il dit. Si on en arrive là et tout le laisse penser, le Préfet ne rendra qu’une décision de conformité « législative ».

La vraie question c’est qui doit décider, qui est l’ultime décideur au sens légal ? Bien malin qui pourrait le dire et les candidats, pour endosser la responsabilité d’une décision, ne se bousculent pas au portillon.

Le Palais de justice de Clermont-Ferrand a encore de beaux jours devant lui…

Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 15:18
La guerre des clans au PS n’aura même eu le bon goût de laisser aux militants le plaisir de savourer la victoire aux municipales et à la plupart des cantonales.
A peine 24 heures après la clôture du scrutin du second tour, la guerre fait à nouveau rage au sein du PS.
1er épisode, entre les deux tours des municipales Michelle André confirme qu’elle est très sollicitée pour la présidence du conseil général, suivie par Alexandre Pourchon qui se déclare également candidat et annonce (déjà) son probable désistement en faveur de la première.
2ème épisode, Passage « statutaire » devant les militants PS. Au 1er vote, ballotage favorable en faveur de Jean Yves Gouttebel. 2ème vote, désistement, comme annoncé, d’Alexandre Pourchon en faveur de Michelle André qui gagne de justesse (50,74%).
3ème épisode, Devant le conseil général réuni, Jean-Yves Gouttebel maintient sa candidature face à Michelle André et obtient un véritable plébiscite’ de ses pairs (40 voix contre 18).
Fureur de la perdante qui réclame l’exclusion du trublion. Désolation chez dAlexandre Pourchon et ses amis (chez ces gens là, voyez vous, ce genre d’erreur se paie au prix fort et avec des intérêts… Adieu les vice-présidences tant convoitées … C’est un coup à vous casser une carrière politique naissante…)
Voila la direction puydomoise du PS encore bien embarrassée et Jean-Yves Gouttebel, fort de sa légitimité sortie des urnes du conseil Général, ne s’en laisse pas compter, se permettant même de montrer du doigt le premier secrétaire fédéral, Pierre Sabatier,, champion toutes catégories de l’exclusion et grand destructeur de l’homogénéité du Parti… (« Depuis qu’il est en poste, il a passé son temps à exclure…bientôt il faudra vendre les locaux du PS faute de militants … » dixit JY Gouttebel sur Clermont 1ère))
Vendredi, la Montagne  » ; « Uconsacre deux pleines< pages à « la guerre des roses » avec des en-têtes significatifs : « Majorité d’ouverture pour Jean Yves Gouttebell Alliance objective avec la droite » ; « Le département n’est plus à gauche » ; « L’appareil du PS voulait ma peau »
Le PS est bien malade et il n’en finit pas de sortir de l’ère Mitterrand.
Au conseil Général la majorité, dans les faits, se retrouve donc, comme à la Mairie, en position de centriste avec une forte opposition à sa gauche et à sa droite. .. Peut être l'émergence de la social démocratie...
24 heures, c’est donc ce qu’aura duré la belle unité de façade de la gauche clermontoise, déjà bien mal en point, de par les résultats obtenus par le contestataire Alain Laffont.
Et quel mépris envers les électeurs ! Cela promet … pour la mandature qui démarre.
Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 10:04
Une des raisons probable de la déconfiture du Modem, au delà d'un manque de lisibilité et  de sa "danse du ventre" (dixit Besancenot) devant les candidats de droite ou de gauche les mieux placés, est certainement la Nature qui a autant horreur du trop plein que du vide.

A vouloir ocupper de force le centre de l'échiquier politique le gourou  du Sud Ouest ne s'est même pas apperçu que la place était déjà prise...et qu'il y avait même embouteillage!
Tout  d'abord par les radicaux, puis par les nombreux autres groupes ou partis  nés à la suite des problèmes du Ps, de l'ouverture Sarkozienne et de la désintégration de l'UDF par les soins du même Gourou.

François Bayrou pour atteindre la cime de l'arbre a trouvé plus simple de le couper et de monter sur le restant du tronc , mais c'est un arbre qui ne sert plus a rien et les branches coupées ont pris racine ailleurs ... au centre.

Aujourd'hui une bonne demi-douzaine de partis occupent le centre de l'échiqier politique, des socio-démocrates aux libéraux et, c'est là, que François Bayrou comptait s'imposer alors que la place y est plus que prise. Il aurait pu s'y imposer et avoir une bonne place avec l'exUDF s'il ne l'avait pas atomisée en construisant un parti, le Modem, destiné à son usage exclusif.



Repost 0
Published by jn delorme - dans jeannoeldelorme
commenter cet article

Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents