Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 17:50

Un copier/collé, comme promis, de temps en temps, ne fait pas de mal:

Je viens de recevoir la newletter de contribuables associés et je ne peux résister au plaisir de vous en faire profiter:

Ségolène, ses objectifs et ses impôts

Que pense Ségolène Royal de l’impôt ? A un an des élections, il est sans doute temps de se poser la question. La candidate socialiste y a répondu, le 7 juin, sur RTL, où la recevaient les journalistes Alain Duhamel et Jean-Michel Apathie, qui l’interrogeaient sur le coût et le financement de son projet électoral.

     « Le problème, affirme Ségolène Royal, ce n’est pas l’augmentation des impôts, c’est la clarification de l’impôt. Le prélèvement fiscal doit d’abord être compris par les citoyens, c’est un objectif de la réforme. »

     Nous voilà prévenus quant à la méthode de gouvernement de la candidate socialiste. Elle fixe d’abord les objectifs : l’intendance suivra… En l’occurrence, l’intendance, c’est l’impôt.
          - Est-ce que les impôts et la fiscalité vont devoir augmenter pour financer votre projet ? l’interroge Jean-Michel Apathie.
          - Nous verrons, Monsieur Apathie, répond prudemment l’interviewée.
          - « Nous verrons », c’est : « oui » ? insiste Apathie.
          - Nous verrons, puisque ce qui a été décidé hier, c’est que le chiffrage du financement commence à l’issue de l’adoption du projet. Toutes ces questions seront donc remises à plat.

     Ségolène Royal livre elle-même le fond de sa pensée : « L’impôt est au service d’un objectif, il n’est pas abstrait, il ne se limite pas à "on augmente ou on baisse". Ce n’est pas un argument politique. La politique, c’est d’utiliser les outils au service d’objectifs. Quels sont les objectifs dans ce projet ? C’est la lutte contre le chômage (…) Parmi les outils économiques ou sociaux pour parvenir à la baisse du chômage, il y a l’outil de la fiscalité. » C’est dit !

     Ségolène Royal n’a pas rompu avec les erreurs héritées du socialisme à la française. On a prétendu qu’elle faisait du « Blair ». Rien n’est plus faux. Le projet de la candidate socialiste s’inscrit dans la ligne de la conception archéo-socialiste de l’économie.
     Ainsi en est-il lorsqu’elle prétend utiliser l’impôt pour faire baisser le chômage, vieille lune dont l’inefficacité a été maintes fois démontrée. A augmenter sans cesse la dépense publique, donc les prélèvements obligatoires, on n’aboutit au contraire qu’à faire fuir les capitaux et les talents et à décourager l’activité économique, ce qui se traduit par une augmentation du chômage. Il ne faut pas sortir de l’ENA pour le comprendre ; malheureusement, Ségolène Royal, elle, sort de l’ENA…

    Les 35 heures : un progrès social

     De même s’est-elle taillé un joli succès dans certains milieux de droite en dénonçant les effets pervers des 35 heures, qui, mises en place par Martine Aubry, devaient à l’origine permettre de… réduire le chômage en « partageant » le travail. Il n’en a rien été ; en revanche, cette mesure a durablement « plombé » notre économie.
     Peu importe, puisqu’à entendre Ségolène Royal, « la réforme des 35 heures constitue un progrès social. Diminuer le temps de travail pour avoir plus de temps pour ses loisirs, pour sa famille, c’est un progrès. Mais il faut piloter les réformes et rectifier les choses au besoin. »

     On ne reviendra donc pas sur cette mesure ruineuse, mais on l’aménagera. Comment ? Ségolène l’explique en évoquant son action personnelle au sein du gouvernement Jospin, concernant les structures d’accueil des personnes handicapées et celles de la petite enfance. Dans les deux cas, le personnel était débordé en raison de la réduction du temps de travail. « J’ai cité en Conseil des ministres ces deux exemples, raconte-t-elle, et à ce moment-là, le Premier ministre a dit : elle a raison, nous allons donc créer des postes dans les structures d’accueil sociales. »
     La « solution » et le « réaménagement » passent donc par la création de nouveaux postes, notamment dans la fonction publique. L’entreprise et le contribuable paieront…

     A l’inverse de ce que pourraient laisser croire les protestations indignées de ses rivaux et pairs socialistes, Ségolène royal est elle aussi montée sur le bidet fatigué de la vieille idéologie collectiviste. Sans surprise, hélas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Noël Delorme - dans contributions amies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : jn delorme blogue....
  • : mon espace de "Liberté" - humeurs et réactions
  • Contact

C'est tout bon

Recherche

Texte libre

visiteurs

un compteur pour votre site

personne(s) actuellement sur ce blog


 Jean Noel Delorme

Référencement
paperblog member

<script src="http://www.paperblog.fr/includes/js/marqueur.js" type="text/javascript">
</script>
<script type="text/javascript">
sendmarqueur();
</script>

Articles Récents